Ram Singh Urveti
Sans titre, 2013, glycérophtlique sur toile, 143,5 x 205,5 cm.
Sans titre, 2013, glycérophtlique sur toile, 143,5 x 205,5 cm.

né en 1970 au Madhya Pradesh

Ram Singh Urveti est, avec Jangarh Singh Shyam, l’une des figures historiques de l’art tribal contemporain indien. Encouragé par Jagdish Swaminathan, il fut l’un des premiers à passer de l’art éphémère à la peinture sur toile dès le début des années 80. D’importantes peintures murales de Ram Singh Urveti sont conservées au musée de l’Homme de Bhopal. Ses peintures célèbrent les esprits Gond. Les sujets peints sont informels. Évanescents, ils appartiennent au monde des esprits. Buffles, totems, hommes, chamans, pots à offrande, serpents, arbres s’entrelacent, se transforment et mutent en d’improbables silhouettes, celles des rêves et des contes. L’absence de contour pour cerner les formes, excepté pour les yeux, renforce cet effet. Les dessins de Ram Singh Urveti possèdent de cette force énigmatique que l’on retrouve dans l’art brut. On pense à l’un des grands noms de l’Outsider art, celui de l’Écossais Scottie Wilson. L’enchevêtrement inextricable et organisé de ses traits à l’encre noire rappelle aussi un autre enche- vêtrement, celui-là fait de rubans de cire, caractéristique des sculptures en bronze de sa tribu, car les Gond sont aussi de grands sculpteurs.
L’arbre, comme chez beaucoup d’artistes tribaux, est omniprésent dans ses peintures. Ram Singh Urveti concentre son intérêt sur le tronc de l’arbre, évocation de la puissance sereine. Le tronc concentre l’énergie et semble, comme la montagne, indestructible. Ainsi, les esprits prennent souvent la forme trapue de cette partie de l’arbre. Ils prennent une place imposante sur la toile, la structurent, l’organisent. Les motifs et leur mise en espace ont la simplicité et l’efficacité gra- phique de celles des drapeaux. Ces érections spontanées, comme on parle de linga spontané à propos de termitière, de pierre dressée ou, précisément, de tronc d’arbre, confèrent à ses toiles l’aspect héraldique d’étendards animistes. La candeur visuelle, renforcée par l’arrondi des formes, évoque aussi un autre courant artistique, celui du graffiti. D’une tribu, celle des rues de New York, à l’autre, celle des forêts du Madhya Pradesh, se retrouve l’ingénuité poétique des arts populaires. Ram Singh Urveti a participé à de nombreuses expositions en Inde et à l’étranger : à l’exposition Freedom, à l’occasion du soixantième anniversaire de l’Indépendance de l’Inde, aux côtés des plus grands noms de l’art moderne et de l’art contemporain indiens (CIMA, Centre of International Modern Art, Calcutta, 2008); en août 2009, à l’exposition Now that the trees have spoken orga- nisée par le critique d’art contemporain Ranjit Hoskote, où il fut invité par la fameuse Pundole Art Gallery de Mumbai; en 2010, à l’exposition Non metropolitan, Five Contemporary Artists from India qui eut lieu à la Rob Dean Art Gallery de Pasadena en Californie. À cette occasion, le New York Times a salué le retour des grands noms de l’art tribal.

In « Art Contemporain Indien » par Hervé Perdriolle 5 Continents Edition Milan 2012

Ram Singh Urveti est un des artistes de l’exposition Art Tribal Contemporain, Inde. Communiqué de presse

Œuvres
Expositions

 

2017
Eternelle Inde, Galerie Louis Gendre, France. Communiqué de presse
2016
Indian Dreaming, Librairie Artcurial, Paris, France.
2015
Art Tribal Contemporain, Inde. Galerie Louis Gendre, France.  Communiqué de presse
Galerie Da-End, Paris, France.
2014
Kaleidoscopic India. Maison Guerlain Champs-Elysées, France.
1998
Expéditions Indiennes. Musée des Arts Décoratifs, Paris, France.